top of page
Rechercher
  • Les Ecouteurs de rues

À l’écoute des soucis des passants

Dernière mise à jour : 4 nov. 2021

À Paris, dans le quartier de la Goutte d’Or, des thérapeutes prêtent l’oreille à ceux qui ont envie de se confier. Simplement, dans la rue et bénévolement, dans l’unique but d’apporter un instant de mieux-être.

Septembre 2020 dans le quartier de la Goutte d’Or, au nord-est de Paris : des « écouteurs de rue », pour la plupart psycho-praticiens de formation, proposent aux passants de discuter… ©Sandra Mignot


interpelle un passant pressé qui décline l’offre. Derrière elle, quelques chaises disposées par paires, en vis-à-vis. « Bonjour, nous sommes les Écouteurs de rue », se présente une autre, à quelques mètres de là. Un homme interloqué s’arrête et prend connaissance de ce qui lui est proposé : un petit moment de conversation, tout simple, avec un spécialiste de l’écoute, face à face, assis au beau milieu du brouhaha automobile de la Goutte d’Or, quartier populaire du Nord parisien.

L’idée a fleuri il y a deux ans dans l’esprit de Séverine Bourguignon, à la fois artiste et thérapeute, alors qu’elle réalisait un projet créatif et participatif. Installée dans une friche devenue un point d’animation du quartier qu’elle habite, elle construisait des costumes et des cabanes avec du matériel de récupération et l’aide des habitants. « Les gens venaient spontanément me parler, parce que j’étais là, se souvient-elle. Et je me suis dit qu’un psychologue de rue, cela pourrait être utile. » Peu de temps après, une amie lui envoie une vidéo parue en ligne à propos des « sidewalk talks » aux États-Unis. Des thérapeutes ont en effet lancé depuis 2015, à San Francisco, l’idée de transformer des trottoirs en espaces de rencontre et de partage afin de lutter contre la solitude, la violence et les discriminations. « Cela ressemblait beaucoup à ce que je voulais faire », explique Séverine.


« En un an nous avons accueilli environ 150 personnes ».

Des consultations mensuelles ouvertes à tous

Au printemps 2019, elle sollicite quelques confrères et consœurs thérapeutes. Et met au point un dispositif très simple : une signalétique (financée grâce au fond de participation des habitants abondé par la ville de Paris dans les quartiers populaires), des sièges et des écoutants, dans l’espace public. « Au début nous nous sommes installés sur les lieux d’évènements, la fête de la Goutte d’Or par exemple, poursuit Séverine. Mais cela ne nous permettait pas d’avoir notre véritable espace. Les gens venaient pour s’amuser, pour une activité ou un concert, pas pour nous parler. »

Elle décide donc d’installer l’action dans la rue, un samedi par mois, jour de marché. Chaises et banderole sont disposées devant la friche où elle avait réalisé son projet artistique. À chaque rendez-vous, ils sont cinq professionnels à haranguer bénévolement les passants de cette rue hyper active qui permet d’accéder au cœur du quartier africain-maghrébin de Paris. Ils proposent leur oreille à ceux qui viennent y faire des courses, comme à ceux qui y vivent ou y travaillent. Ils touchent ainsi des personnes issues de cultures où rencontrer un psy, cela ne se fait pas trop, et des populations qui n’en ont, de toute façon, souvent pas les moyens.

« En un an nous avons accueilli environ 150 personnes, explique Marie Sylvie Rushton, psychothérapeute et psychologue clinicienne. Les gens nous parlent de tout, de leur quotidien, de leurs souffrances, de leurs doutes. Je ne sais pas quelle suite ils donnent à cela. Mais au moins ils ont pu parler. » Un viol, une migration traumatique, des tortures, des deuils personnels ou familiaux, des errances sont livrées… Séverine se souvient par exemple de cette jeune femme accompagnée de sa mère et de ses sœurs, qui disait avoir envie de parler, mais n’en avait pas le temps car elle partait rencontrer son futur mari. « Mais j’ai eu aussi aujourd’hui deux hommes qui m’ont dit : “Ça va super bien”, se réjouit Christophe Béguin. Et c’est bien de faire de la place pour ces moments-là. Ça peut paraître peu, mais ça valorise ce que les gens sont. »


Lire la suite

36 vues0 commentaire

Comments


bottom of page